Mélodyn | 7 Weeks – Dead of Night
3791
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-3791,mkd-core-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,burst-ver-1.6,vertical_menu_enabled, vertical_menu_left, vertical_menu_width_290,vertical_menu_background_opacity_over_slider vertical_menu_background_opacity_over_slider_on, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,blog_installed,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

7 Weeks – Dead of Night

Description

Le ciné-concert “Dead Of Night by 7 WEEKS” est la transposition moderne du pianiste qui accompagnait les films muets du début du siècle. Une immersion totale dans le film pour créer une dimension supplémentaire qui appuie les scènes sans les dénaturer. Ainsi 7 WEEKS joue sur la version intégrale, utilisant les dialogues, les bruitages, ou seulement les images tel un clip: une alternative aux ciné-concerts de films muets en noir et blanc plus fréquents et une relecture du chef-d’œuvre de Bob Clark.

L’HISTOIRE :

Dead Of Night – Bob Clark 1974.
1972 aux Etats-Unis, la famille d’Andy Brooks, un jeune soldat parti au Vietnam, attend fébrilement des nouvelles du front. Un soir, ses parents reçoivent un télégramme leur annonçant la mort de leur fils. Malgré tout, sa mère continue à croire qu’il a survécu et qu’il va revenir… jusqu’au jour où il arrive sur le seuil de leur maison. Métamorphosé, il ne parle plus, ne mange plus, reste enfermé dans sa chambre… pendant qu’une vague de meurtre terrifie la région…

À PROPOS DU FILM :
La sortie de Dead Of Night, en 1974, se fait peu après le désengagement officiel des troupes américaines du Vietnam. Les films dénonçant cette guerre sont alors rares, la plupart étant des oeuvres politiques peu commerciales (le film collectif français LOIN DU VIETNAM) ou des critiques déguisées (MASH, dont l’action s’inscrit durant la guerre de Corée). Il faudra attendre la fin des années 1970 avec, coup sur coup VOYAGE AU BOUT DE L’ENFER et APOCALYPSE NOW, pour que le cinéma américain commence un réel travail sur cette période. Bob Clark et Alan Ormsby, même s’ils ne désignent jamais directement le conflit vietnamien, signent donc une oeuvre en avance sur son époque, en traçant le portrait d’une famille détruite par la perte d’un jeune fils qui revient d’entre les morts symbolisant parfaitement le basculement et la plongée d’une nation dans la paranoïa et le chaos.

En tête du casting, on trouve deux comédiens nominés aux Oscars, à savoir Lynn Carlin (FACES de John Cassavetes…) et John Marley (LOVE STORY, FACES…).


label

F2M Planet