Mélodyn | The Young Gods
2478
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-2478,mkd-core-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,burst-ver-1.6,vertical_menu_enabled, vertical_menu_left, vertical_menu_width_290,vertical_menu_background_opacity_over_slider vertical_menu_background_opacity_over_slider_on, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,blog_installed,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

The Young Gods

Description

Pionniers et sorciers du son, The Young Gods fixent l’horizon en repoussant les possibles depuis plus de trente ans. Du punk industriel flirtant avec le cabaret surréaliste de leurs débuts, aux ivresses techno-chamaniques des deux dernières décennies, les «Jeunes Dieux» ont forgé un son unique, acquérant le statut de légende de la scène européenne.

Rewind…

Hiver 1984-85. Franz Treichler et Cesare Pizzi redéfinissent la grammaire du rock au moyen de machines rudimentaires, habités par une vision sans concession, à la fois brute et poétique. Rejoints par le batteur Frank Bagnoud, ils peaufinent la formule des Young Gods. Premiers concerts, premiers chocs. Chant, sampler, batterie… Des guitares sans guitare: inouï! Lorsque paraît un premier album éponyme en 1987, la presse britannique la première salue le phénomène: «The Young Gods are the New Thing, they are what happens next…» Au début des années 1990, avec Al Comet aux samplers à la place de Cesare Pizzi, le trio surfe sur la vague alternative. L’album T.V. Sky et son single «Skinflowers» en rotation sur MTV lui ouvrent les portes des Etats-Unis. David Bowie, U2 et Nine Inch Nails les citent avec respect comme des inventeurs à suivre. Tout s’enchaîne à un rythme effréné. Trop. Au début des années 2000, le groupe se recentre sur Genève, redéfinit ses priorités, se rapproche de la scène electro/techno effervescente. Bernard Trontin remplace Üse Hiestand derrière les fûts.

…Fast forward!

The Young Gods ont célébré leurs vingt ans d’existence en 2005 dans le cadre du Montreux Jazz Festival, avec l’orchestre Sinfonietta de Lausanne et le chanteur Mike Patton (Faith No More, Mr Bungle, Fantômas). Le trio a publié en tout plus de dix albums, multipliant les créations pluridisciplinaires, pour Expo.02, pour le Musée des sciences à Genève, avec l’anthropologue Jeremy Narby sous forme de conférence sonore « Amazonia Ambient Project ». The Young Gods ont relevé le défi de réinterpréter live le mythique concert de Woodstock de 1969, collaboré avec le groupe de hip-hop alternatif Dälek, le trio d’improvisateurs Koch, Schütz & Studer, et avec le groupe Nação Zumbi pour une tournée brésilienne et un nouveau passage à Montreux.

Unplug & replug

Après un album acoustique (Knock on Wood, 2008) accompagné d’une tournée, le trio a rebranché ses machines. D’abord pour mettre en boîte un album regonflé à bloc (Everybody Knows, 2010), avec le renfort d’un quatrième membre, guitariste en chair et en os, Vincent Hänni. Puis pour rejouer sur scène les deux premiers albums The Young Gods et L’Eau rouge, Cesare Pizzi reprenant sa place originelle aux samplers.

Le futur musical des Young Gods a commencé à prendre forme autour de Treichler, Pizzi et Trontin, lors d’une résidence publique au Cully Jazz Festival 2015. Trois ans plus tard, le douzième album du groupe est prêt, mixé à Londres par Alan Moulder. Sa sortie est prévue pour février 2019 et sera suivie d’une tournée européenne en mars et avril, ainsi que d’une tournée mondiale.


album

Data Mirage Tangram (22.02.19)

label

Two Gentlemen