Mélodyn | Sweem
3217
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-3217,mkd-core-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,burst-ver-1.6,vertical_menu_enabled, vertical_menu_left, vertical_menu_width_290,vertical_menu_background_opacity_over_slider vertical_menu_background_opacity_over_slider_on, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,blog_installed,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Sweem

Description

Il s’agit d’une révélation. Pas seulement musicale, mais aussi personnelle. Après des années à faire de la musique, d’abord en autodidacte, puis en tant qu’éducateur spécialisé où il utilisait ses chansons comme moyen de communication, Sweem a voyagé. En Australie, en Indonésie, là où les paysages sont infinis et apaisés, où le quotidien ne s’embarrasse pas de superflu. Comme l’écriture de Sweem : sans fioritures, sans retenue mais avec une pudeur poétique qui, jamais, ne laisse place à l’évidence. « Mes chansons doivent être des histoires qui bougent, dit-il. Depuis toujours, je vois des couleurs, des odeurs, des décors sur les mots qui m’inspirent. » Les morceaux de ce premier album, Himalaya, sont parfois lyriques, parfois abrupts, toujours directs – à l’image des horizons lointains dont il s’est inspiré. Ou qu’il a rêvé…

Avant d’officier en solo, Sweem participe à plusieurs formations musicales, voguant entre hip hop, folk et électronique. Puis il réalise qu’il peut parler à la première personne, ne plus se cacher derrière un groupe. Pour son premier album, longuement et savamment façonné en autarcie, Sweem se met à nu. Sa quête des grands espaces et d’une authenticité sans détours se nourrit de l’intime. Et inversement. Côté influences, il n’en manque pas : de Ben Harper à Henri Salvador, de Gainsbourg à The Do, d’Anderson Paak a Bob Marley, son background sonore enrichit sa folk francophone où la guitare tient une place de choix. Impossible de résister, Sweem a désormais sa place dans le paysage éclectique de la scène française.

album (11.01.19)

Himalaya

label

Warner