Mélodyn | Romain Humeau
3095
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-3095,mkd-core-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,burst-ver-1.6,vertical_menu_enabled, vertical_menu_left, vertical_menu_width_290,vertical_menu_background_opacity_over_slider vertical_menu_background_opacity_over_slider_on, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,blog_installed,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Romain Humeau

Description

Romain Humeau, auteur-compositeur-chanteur-multi-instrumentiste-producteur, tant sous son nom qu’à la tête du groupe Eiffel, reviendra le 18 Septembre 2020 avec un nouvel album intitulé « ECHOS ». Un premier single du même nom sortira le 15 Mai.
Cette chanson écrite tout juste en amont de « Stupor Machine » (Eiffel – 2019) jette un œil du côté de ce que l’on peut tous perdre et dont pourtant nous venons : Dame nature. Il y est question d’un écho permanent entre le vivant et son vis-à-vis. Epigénétisme. Un miroir atomique, alchimique, poétique donc, entre celui qui regarde et celui qui est regardé. Le monde animal, végétal, minéral et les mythologies sont là aussi. Loin des écrans, des systémiques et des vaines volontés de mettre le monde en chiffres. Loin du vide.
Cet œil, contrairement aux chansons écrites pour « Stupor Machine », est jeté d’un endroit lumineux, comme si un imminent danger se laissait rabrouer par un bain de photons amis. Romain Humeau, sur ces différents disques, n’utilise pas qu’un seul champ lexical, il choisit le plus approprié pour servir son propos. Ici on sent l’influence de Lennon pour les lignes claires du piano, les respirations entre chaque phrase, rythmiques aériennes et volonté Spectorienne dans un « Wall of sound » sans saturations. Nous pourrions évoquer « Le Sud » de N. Ferrer dont le chanteur est friand. Chauds extérieurs, tension intérieure.
Le bouchon serait poussé jusqu’à pointe de bluette Dysneyisante avec envolées de chœurs ingénus sur le pont. Comédie musicale… M.Poppins ou M.Python selon…Tu joues, tu joues pas ? Fan absolu de David Bowie, on sent l’envie de casser une image trop souvent qualifiée « rockeuse » ou de quelque mode que ce soit. RAS. « La modernité n’est que la clochardise du passé » souffle Sylvain Tesson. Comme pour mieux brouiller les chemins de piste des huit chansons qui suivront… Montagnes russes.
SEEDBOMBS, sa nouvelle maison de disque ayant décidé de garder le timing prévu avant le Coronavirus, il y a du « I don’t know where I’m going, but I’m going, but I’m going… » mais il faut « faire », garder le sens, ne peut-être pas tout calculer et si dérisoire soit-il, faire justement écho à ceux qui sont dehors, soignent, nourrissent, transportent, ébouent… Faire corps avec l’humanité en faisant ce que l’on sait faire. Artisanat. Et si « Art » il y avait, il serait protéiforme.
On peut déjà être sûr que cette chanson « Échos » n’annonce pas de petite sœur. Il faut la goûter pour ce qu’elle est, à l’instant T, avant qu’elle ne s’évanouisse dans une autre. Charme.


album

Echos le 18.09.20

label

Seed Bombs Music